Oxyrhynchos, T. Köln inv. 1

PROVENANCE : Oxyrhynchos.

DESCRIPTION : Tablette de plomb de 95 x 150 mm.

DATATION : IIe–IIIe siècle ap. J.-C..

LOCALISATION : Cologne, Institut für Altertumskunde, T. Köln inv. 1.

BIBLIOGRAPHIE : D. Wortmann, « Neue magische Texte », BJ, 168, 1968, 57-80, n°1 (ed. pr.) ; SGD, n°155 ; SM, n°49.

 Oxy1

a . « IAEÔBAPHRENEMOUNOTHILARIKRIPHIAEYEAIPHIRKIRALITHONUO-MENERPHA BÔEAI IAÔ ADÔNAI ELÔE BAROUCH ADÔNAI. Que Matrona, que Tagéné a engendrée, et dont tu as la substance magique, aime Théodoros, que Téchosis a engendré, pour le reste de sa vie, maintenant, maintenant, vite, vite. Je dépose cet envoûtement auprès de vous, dieux chtôniens, Pluton YESSEMIGADÔN, Orthô Baubô Kore Persephone Ereschigal, Adonis BARBARIÔNÊTH, Hermès Thoth chthônien PHÔKENTAZEPSEU et puissant Anubis PSÊRICHTA KANCHENE . . .TH qui détient les clefs des portes d’Hadès, démons chthôniens, dieux, femmes et hommes qui souffrent d’une mort prématurée, éphèbes et vierges, année après années, mois après mois, jour après jour, nuit après nuit, heure après heure. J’adjure tous les démons de ce lieu pour assister ce démon. Eveille-toi pour moi à partir des restes qui gisent içi-bas et va en chaque lieu, dans chaque quartier, dans chaque maison, dans chaque boutique, et amène, lie Matrona, que Tagénè a engendrée, et dont tu possèdes la substance magique – les cheveux de sa tête – afin qu’elle ne soit prise, sodomisée, ne fasse de fellation, ou n’accomplisse d’activités vénales avec quelqu’un d’autre, n’aille avec un autre homme que Théodoros, que Téchosis a engendré, et fais en sorte que Matrona ne soit capable, éloignée de Théodoros, d’avoir force, d’obtenir bonne santé, et d’obtenir le sommeil la nuit et le jour, Matrona, que Tagénè a engendré, et dont tu possèdes les cheveux de la tête, loin de Théodoros, que Téchosis a engendré. Car je t’adjure, esprit, par l’épouvantable et effroyable nom de celui au son duquel la terre s’ouvre, au son duquel les démons tremblent affreusement, au son duquel les rivières et les mers tremblent affreusement, , au son duquel les rochers se brisent. Je t’adjure, esprit, que tu sois homme ou femme, par BARBARATHAM CHALOUMBRA BAROUCH dieu ADÔNAIOS et par ABRASAX BRAÔSA BABARBARIAÔTH SABARBAR AÔTH SESENGE BARBARAPHARAGGÊS MARI ONIOXAS et par MARMARACHTHA MALMARZA MARI BARIÔTH. Ne me désobéis pas, esprit, qui que tu sois, et éveille-toi pour moi, car je t’adjure par la maîtresse Hékate Artémis, démon, DAMNÔ,  charmeuse de loup, charmeuse de chevaux DAMNOMENIA DAMNOBATHIRA DAMNOBATHIRI DAMNOMENIA DAMÊAMÔNÊ. »

b. « DAMÊAMÔNÊI BRIAÔ ARSENOPHRÊ ACHEÔPÊTHITHOU RAKRINIA AKTIÔPHI ERESCHIGAL NEBOUTOSOUALÊTH ALBANACHAMBRÊ YESSEMI-GADÔN ORTHÔ BAUBÔ NOÊRE KODÊRE SYIE SANKISTÊ DÔDEKAKISTÊ AKROUBORERA, avalant la queue du serpent, errante nocturne. Je t’adjure par tes noms terribles ATHTHA BABARRATHA BARATHATH BABRITHÊEATH BARBARARA IAÔTH BRITH MARCHTHACHAMA ACHTHAO ARMACHA ZARACHTHA, rassembleur des hommes, diviseur des homes, conquérant des hommes, je t’adjure, esprit, PHORBOR PHORPHORBA ARCHIS, NEICHAROPLÊX, courbe ton arc en direction du cœur de Matrona, que Tagénè a engendrée, et dont tu possèdes la substance magique, afin qu’elle aie de l’amour et de l’affection pour Théodoros, que Téchosis a engendré . . . toi qui fait trembler la nature, errante nocturne, je te commande. « Couronne, clé, baguette, sandale de bronze de la maîtresse du Tartare, sandale d’or de . . . Quand j’ai vu, je fuyais l’entité aux sandales de fer et je suivais les empreintes de Korè aux sandales d’or. Sauve-moi, salvatrice du monde, fille de Déméter. » Comme tu accomplis pour moi cet envoûtement, dirige, lie Matrona, que Tagénè a engendrée, et dont tu as la substance magique, que Théodoros, que Téchosis a engendré, a dans la tête. « ASKI sous les sombres montagnes au moment de l’allaitement au jardin de Perséphone de l’enfant nécessiteux dans la contrée rayonnant sombrement la sainte servante aux quatre pattes de Déméter, la chèvre avec son flot incessant de lait riche, demandant . . . torches pour Hekate aux carrefours et avec une terrible voix la déesse criante conduit l’étranger au dieu. Nuit, Erèbe obscur, éternité, lumière, pure Artémis . . . cerf à quatre pattes, Aphrodite réjouissant dans sa ceinture, Perséphonia, PHÔRBÊ tireuse de flèches OIÔAIAIÔ prévoyante IÔDAMASEA. » Rend cet envoûtement indissoluble pour toujours, BÔRPHÔR PHORBA PHOR PHORBA PHÔRBOR PHORBA PHORBA BOR PHORBA PHORBA PHABEÊ PHÔRPHÔR PHÔRPHÔR. Conduis, lie et rend sans someil Matrona, que Tagénè a engendrée, et dont tu possèdes la substance magique, que Théodoros, que Téchosis a engendré, soit dans son esprit, l’aimant nuit et jour, chaque heure de sa vie et aucun autre excepté Théodoros, maintenant, maintenant, vite, vite, tout de suite. »

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site