Carthage, DT 237

PROVENANCE : Carthage.

DESCRIPTION : Tablette de 77 mm de côté.

DATATION : IIe-IIIe siècle ap. J.-C..

BIBLIOGRAPHIE : R.P. Delattre, « Inscription imprécatoires trouvées à Carthage », BCH, 12, 1888, 297-300 ; DT, n°237 ; CIL 8.12508 ; CTBS, n°9.

 

237-1-3.jpg

           237-2-3.jpg

 « Je t’invoque, esprit de celui qui est mort prématurément, qui que tu sois, par les puissants noms SALBATHBAL AUTHGERÔTABAL BASUTHATEÔ ALEÔ SAMABÊ-THÔR. Lie les chevaux dont les noms et les images sont sur cet ustensile que je te confie ; des Rouges : Silvanus, Servator, Lues, Zephyrus, Blandus, Imbraius, Dives, Mariscus, Rapidus, Oriens, Arbustus ; des Bleus : Imminens, Dignus, Linon, Paézon, Chrysaspis, Argutus, Diresor, Frugiferus, Euphratès, Sanctus, Aethiops, Praeclarus. Lie leur course, leur puissance, leur esprit, leur ruée, leur vitesse. Enlève-leur la victoire, empêtre leurs pieds, gêne-les, entrave-les, afin que demain matin à l’hippodrome ils ne soient pas capables de courir ou de se déplacer, ou de gagner, ou de sortir des stalles de départ, ou d’avancer soit sur le champ de course soit sur la piste, mais puisse-t-ils tomber avec leurs conducteurs, Euprepês, fils de Télésphoros, et Gentius, Félix, Dionysos « le meilleur » et Lamuros. Car AMUÊKAKPTIR ERCHONSOI RAZAABUA DRUENEPHISI NOINISTHERGA BÊPHURÔRBÊTH te l’ordonne. Lie les chevaux dont les noms et les les images que je t’ai gravé sur cet ustensile ; des Rouges : Silvanus, Servator, Lues, Zephyrus, Blandus, Imbraius, Dives, Mariscus, Rapidus, Oriens, Arbustus ; et des Bleus : Imminens, Dignus, Linon, Paézon, Chrysaspis, Argutus, Diresor, Frugiferus, Euphratès, Sanctus, Aethiops, Praeclarus. Lie leur course, leur puissance, leur esprit, leur ruée, leur vitesse. Enlève-leur la victoire, empêtre leurs pieds, gêne-les, entrave-les, afin que demain matin à l’hippodrome ils ne soient pas capable de courir ou de se déplacer, ou de gagner, ou de sortir des stalles de départ, ou d’avancer ni sur le champ de course ni de tourner dans la courbe ; mais puissent-ils tomber avec leurs conducteurs, Euprépès, fils de Téléphoros, Gentius, Félix, Dionysius « le meilleur » ainsi que Lamuros. Lie leurs mains, enlève-leur la victoire, leur sortie, leur vision afin qu’ils ne soient pas capable de voir leurs rivaux, mais plutôt arrache-les de leurs chars et retourne-les sur le sol afin que seul ils tombent, traîne-les tout autour de l’hippodrome, spécialement dans les courbes, avec des blessures à leur corps, avec les chevaux qu’ils mènent. Maintenant, vite. »

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site